Ce qui fait la différence avec un avocat spécialisé

Comme dans de nombreuses autres professions, il y a aussi des avocats généralistes et des avocats spécialisés. Pour vous aider à faire le bon si vous êtes amené à faire appel à un avocat, voyons ce qui fait réellement la différence avec un avocat spécialisé.

L’avocat généraliste

Étant un généraliste, l’avocat est capable de traiter différents types d’affaires, même s’il a des limites par rapport à quelques domaines spécifiques. L’avocat n’a pas de spécialisation et pratique donc indifféremment toute matière juridique. Là encore, avec l’expérience et avec la variété des missions qu’il traite, il peut souvent avoir un ou des domaines de prédilection. Sans être titulaires d’un certificat de spécialisation, la plupart des avocats généralistes finissent par affiner leurs compétences au bout de quelques années de pratique.

Un bon avocat généraliste est d’abord un bon juriste qui a été formé pour appréhender à peu près toutes les situations. S’il respecte les principes déontologiques de loyauté et de délicatesse de la profession d’avocat, il doit savoir décliner la mission et vous orienter vers ses confrères plus compétents ou spécialisés face à sujet hors de son domaine de compétence.

L’avocat spécialisé

Un avocat généraliste devient spécialisé après avoir passé un examen pour faire reconnaître ses compétences dans une ou plusieurs disciplines juridiques sous la forme de mentions de spécialisations. L’obtention d’un certificat de spécialisation dans les conditions prévues par les articles 86 à 92 du Décret n°91-1197 du 27 novembre 1991 qui organisent la profession d’avocat conditionne donc l’utilisation d’une ou des mentions de spécialisation dont la liste est définie par l’arrêté du 8 juin 1993. L’avocat doit également avoir au moins 4 ans d’exercice dans la matière dont il souhaite obtenir la spécialisation et passer une épreuve de contrôle des connaissances afin d’obtenir une mention de spécialisation dont le nombre de mentions est fixé à deux, mais peut exceptionnellement être porté à trois.

Spécialisation et domaine de compétence : quelle différence ?

Un avocat peut faire état d’une spécialisation seulement lorsque ses compétences professionnelles ont été validées par un jury après avoir effectué au moins 10 heures de formation par an dans son domaine de spécialisation, puis attestées par un certificat délivré par le Conseil national des barreaux. Notons également que la spécialisation peut éventuellement être accompagnée d’une qualification spécifique, elle aussi accordée par le jury. Cette qualification permet en effet de préciser le champ d’activité de l’avocat dans son domaine de spécialisation.

Quant au domaine de compétence, il relève plutôt de la publicité personnelle de l’avocat. Le domaine de compétence doit obligatoirement être déclaré par l’avocat au titre de sa publicité personnelle, et soumis au contrôle de son barreau d’appartenance. Qu’il soit spécialiste ou non, il est toujours soumis à une obligation déontologique de compétence à l’égard de son client. Seulement pour porter les titres « avocat spécialiste » ou « spécialisé en », seuls les avocats titulaires d’un certificat de spécialisation peuvent le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *