Donation au dernier vivant: tout ce qu’il faut savoir pour sécuriser l’avenir de son conjoint

Vous êtes marié(e) et vous souhaitez protéger votre conjoint en cas de décès ? La donation au dernier vivant est un dispositif légal qui permet d’assurer la sécurité financière du conjoint survivant. Dans cet article, nous allons explorer les différentes facettes de cette disposition, ses avantages, ses limites et les démarches nécessaires pour la mettre en place.

Qu’est-ce que la donation au dernier vivant ?

La donation au dernier vivant, également appelée donation entre époux ou donation matrimoniale, est un acte juridique par lequel un époux donne à son conjoint la possibilité d’hériter de tout ou partie de ses biens en cas de décès. Elle offre une protection supplémentaire au conjoint survivant, qui peut ainsi bénéficier d’une part plus importante que celle prévue par la loi en l’absence de testament ou de contrat de mariage spécifique.

Cette donation ne prend effet qu’au décès du donateur et peut être révoquée à tout moment durant sa vie. Elle est soumise aux mêmes règles que les autres donations en matière de droits de succession et doit être consentie devant un notaire pour être valide.

Les avantages de la donation au dernier vivant

L’un des principaux avantages de la donation au dernier vivant est qu’elle permet d’améliorer significativement la situation du conjoint survivant par rapport aux dispositions légales en vigueur. En effet, sans donation, le conjoint survivant recueille uniquement la totalité de la succession en pleine propriété si le défunt n’a pas d’enfant, ou un quart en pleine propriété et les trois quarts en usufruit si le défunt a des enfants.

A lire  Divorce à l'amiable en 2023 : Les règles essentielles à connaître

Avec une donation au dernier vivant, le conjoint peut choisir entre plusieurs options :

  • la totalité de la succession en pleine propriété ;
  • la totalité de la succession en usufruit, avec les enfants du défunt héritant de la nue-propriété ;
  • une combinaison entre pleine propriété et usufruit selon les quotités fixées dans l’acte de donation.

Cela permet donc de garantir une meilleure protection financière pour le conjoint survivant, qui pourra adapter son choix en fonction de ses besoins et des contraintes familiales éventuelles.

Les limites et inconvénients de la donation au dernier vivant

La donation au dernier vivant présente néanmoins certaines limites. Tout d’abord, elle ne concerne que les couples mariés, à l’exclusion des partenaires pacsés ou concubins. De plus, elle ne peut être mise en place que si les deux époux sont encore en vie : il est donc essentiel d’anticiper cette démarche avant qu’il ne soit trop tard.

En outre, la donation au dernier vivant peut avoir un impact sur les droits de succession des enfants. Si le conjoint survivant opte pour la totalité de la succession en pleine propriété, les enfants n’hériteront qu’au décès de ce dernier, ce qui peut engendrer des tensions familiales. Il est donc important de bien réfléchir aux conséquences de cette donation sur l’ensemble des héritiers potentiels.

Enfin, il convient de rappeler que la donation au dernier vivant est soumise aux droits de succession, dont le taux varie en fonction du lien de parenté entre le défunt et le bénéficiaire. Toutefois, le conjoint survivant bénéficie d’un abattement spécifique qui permet généralement d’exonérer totalement ou partiellement la succession.

A lire  Tout savoir sur la séparation des biens

Les démarches pour mettre en place une donation au dernier vivant

Pour être valide, une donation au dernier vivant doit être consentie devant un notaire. Les époux doivent donc se rendre ensemble chez un notaire pour signer l’acte de donation. Celui-ci rédigera un acte authentique qui précisera les modalités et conditions de la donation (choix des options, quotités, etc.).

Il est également possible d’inclure la clause de donation au dernier vivant directement dans le contrat de mariage, si les époux optent pour un régime matrimonial nécessitant l’intervention d’un notaire (par exemple, la séparation de biens avec participation aux acquêts).

Une fois l’acte signé, le notaire se chargera d’enregistrer la donation auprès du service des impôts compétent. Les frais liés à cette démarche sont généralement à la charge des époux.

La révocation de la donation au dernier vivant

Comme toute donation, la donation au dernier vivant peut être révoquée par le donateur durant sa vie. La révocation peut être expresse (c’est-à-dire par un acte notarié) ou tacite (en cas de divorce, par exemple). Il est donc essentiel pour les époux d’être conscients des conditions dans lesquelles la donation peut être remise en cause et d’adapter leur stratégie patrimoniale en conséquence.

En conclusion, la donation au dernier vivant est un outil précieux pour renforcer la protection du conjoint survivant et assurer sa sécurité financière en cas de décès. Toutefois, il convient d’en mesurer les implications sur l’ensemble des héritiers et de bien se renseigner sur les démarches à effectuer pour garantir l’efficacité de ce dispositif. N’hésitez pas à consulter un avocat ou un notaire pour vous accompagner dans cette démarche et bénéficier de conseils personnalisés.

A lire  Pourquoi faire le choix d'un divorce à l'amiable ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*