Les conseils pour rendre plus rapide son divorce

Pour divorcer plus rapidement, il n’y a rien de mieux que de choisir une procédure simple. Même en décidant de divorcer à l’amiable, des facteurs peuvent toutefois avoir une incidence sur la durée de la procédure. Quelques astuces sont à retenir pour éviter cela.

Choisir efficacement son avocat

Quand deux époux choisissent de divorcer par consentement mutuel depuis le 1er janvier 2017, la représentation par deux avocats distincts est obligatoire. Les deux avocats seront chargés de rédiger et contresigner leur convention de divorce. Sauf exception, le contrôle du juge est supprimé, mais la validation chez le notaire tient. Ainsi, ce sont donc leurs avocats qui seront garants du respect des deux époux, ainsi que de celui de leurs enfants. Pour bien divorcer, il est donc nécessaire de bien choisir son avocat, faites même appel à un avocat spécialisé dans le droit de la famille si possible. Pour vous rassurer, n’hésitez surtout pas à le questionner préalablement sur toutes les difficultés pouvant surgir durant et après le divorce, y compris en présence d’un élément d’extranéité (époux résidant à l’étranger, de nationalité étrangère ou autres). En faisant le bon choix de confier votre divorce à un avocat compétent, les délais de rédaction de la convention sont réduits et les éventuelles difficultés d’application de cette dernière obligeant à engager de nouvelles procédures sont limitées.

Bien se mettre d’accord sur les conséquences du divorce

Ensemble, les conjoints doivent déterminer les conséquences du divorce, c’est pourquoi la phase de négociation est une étape décisive. Le délai est raccourci si les époux s’entendent bien, par contre s’ils n’arrivent pas à trouver un accord, la négociation peut prendre plusieurs mois. Dans un divorce à l’amiable, il est donc difficile de prévoir la durée. Pour rendre les choses plus faciles, lister les principaux points du divorce est fortement conseillé et d’en discuter préalablement. Dans l’intérêt du couple, il convient donc de se concentrer sur :

  • La garde des enfants.
  • L’organisation du droit de visite.
  • Les règles de répartition des biens.
  • Les pensions alimentaire et compensatoire.

Disposer d’une situation patrimoniale simple

Quand le couple possède une situation patrimoniale relativement simple, le divorce pourra être effectué plus rapidement. En disposant peu de biens en commun, l’intervention préalable d’un notaire ou l’accomplissement d’actes particuliers ne sera pas obligatoire lors de la liquidation du patrimoine, ce qui va permettre aux époux de gagner du temps.

Etablir une convention dans l’intérêt de tous

Dans un divorce par consentement mutuel, les époux doivent faire rédiger leur convention de divorce par leurs avocats respectifs. Cela limitera non seulement la durée des négociations, mais aussi les possibles réécritures de la convention. Pour ne pas perdre du temps, ils doivent donc réfléchir en amont à toutes les conséquences de la séparation et rechercher aussi des solutions équitables.

Si un des enfants mineurs du couple demandait à être entendu par le juge par exception, le juge aura pour rôle de vérifier que la convention de divorce respecte bien les intérêts de toute la famille avant de venir l’homologuer et prononcer le divorce. Si ce n’est pas le cas, une seconde audience aura lieu pour présenter un nouvel accord, une procédure qui rallongerait sensiblement la durée de la procédure, autant donc respecter les intérêts de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *